Vincent Lambert arrêt des soins mais que disent les esprits

Publié le par Nicolas voyant

Votre séance de médiumnité en direct est au 04 92 94 82 56 (a partir de 1,50€ la minute).

Depuis quelques jours, nous assistons dans "l'affaire" Vincent Lambert à la destruction d'une famille face au cruel choix à faire pour une épouse et pour des parents aimants, d'arrêté ou pas les soins d'un être proche que nous aimons, mais cette histoire Vincent Lambert ouvre le débat sur des sujets difficiles (suicide assister, euthanasie, arrêt des soins et autres) que notre société évite d'aborder depuis bien trop longtemps, celle du suicide assister, de l'euthanasie et des arrêts de soins.

Des images de Vincent Lambert révoltantes pour certaines et bouleversantes pour d'autres, une décision cruelle pour certains et humaine pour d'autres, en regardant les images diffusées à la TV, je me suis posé cette question : que ferais-je à la place d'une père de Vonscent Lambert? Question plus que délicate pour un père de famille, mais puisque nous acceptons de voir ces images et pour certaines personnes de prendre position, il nous est important de nous poser à nous-mêmes cette question cruelle que ferais-je face à cette épreuve ? Ne trouvant pas de réponse en moi-même, je me suis tourné comme toujours vers la médiumnité pour avoir une réponse de nos amis les esprits, garant de la connaissance philosophique et spirituelle inestimable comme le disait si bien Allan Kardec le père du spiritisme.

Voici donc ci-dessous les questions et les réponses de nos amis les esprits :

Début des réponses des esprits : 

944 : À la question, l'homme a-t-il le droit de disposer de sa propre vie voici la réponse des esprits : "non, Dieu seul à ce droit. Le suicide volontaire est une transgression de cette loi".
953 : À la question, lorsqu'une personne voit devant elle, une mort inévitable et terrible, est-elle coupable d'abréger de quelques instants ses souffrances par une mort volontaire ? "On est toujours coupable de ne pas attendre le terme fixé par Dieu. Est-on d'ailleurs bien certain que ce terme soit arrivé malgré les apparences, et ne peut-on recevoir un secours inespéré au dernier moment ?".

À la question, quelles sont, dans ce cas, les conséquences de cette action ? "Une expiation proportionnée à la gravité de la faute, selon les circonstances, comme toujours".

Fin des réponses des esprits .
Que pouvons-nous comprendre de cet échange et des informations que nous transmettent les esprits ? La mort est une page naturelle de notre vie, mais seul l'énergie divine est maître de notre destin donc de leur de notre mort. De plus quoique nous humain puissions croire que l'heure de notre mort est arrivée, les esprits nous rappellent que nous ne pouvons être bien certains que ce terme soit arrivé malgré les apparences, et ne pourrions-nous pas recevoir un secours inespéré au dernier moment, car encore une fois, seul le grand architecte est maître de notre destin.
Nous pouvons donc comprendre que face au choix difficile de mettre en place l'arrêt des soins ou non d'une personne dans le bût de mettre fin à la vie de cette être humain est déconseillée par les esprits, car cela est interdit par la loi divine, mais si la personne est dans un état végétatif donc dans l'incapacité de se nourrir lui-même, il n'y a donc pas suicide, mais bien fin de vie naturelle.

À chacun de nous de se faire son propre choix dans le respect des décisions de chaque individu. Et vous que pensez-vous de cette histoire, avez-vous un point de vue correspond aux esprits ou bien contraires ? J'attends avec impatiente ci-dessous vos commentaires !

Merci à vous et à très vite ! 

Nicoals Duquerroy votre voyant et magnétiseur.

  • Vous pouvez me joindre personnellement pour une consultation de voyance en mon cabinet à Angoulême ou directement par téléphone, pour cela merci de prendre contact avec moi au 05 45 22 47 10 ou au 06 58 44 40 82. Votre Voyance SMS discrète depuis votre mobile en envoyant immédiatement le mot VOY8256 par SMS au 71700 (0,65cts/sms+sms).

Fin de vie

Fin de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article